Le monstre du monastère

— Vite, monsieur l’abbé. C’est affreux ! La bête a encore tué.
— Où cela s’est-il passé ?
— Près de la rivière. En amont du village. C’est épouvantable ! Le corps de la fillette est nu. Le monstre l’a lardé de coups de crocs. Elle est méconnaissable. Nous n’arrivons même plus à l’identifier.
Soudain, le vieil homme interrompit son récit et fut pris de violentes convulsions.
— Calmez-vous, Martin, dit l’homme d’Église en le serrant dans ses bras.
— C’est la cinquième victime en un mois, gémit le manant. Ça ne peut plus durer. Il faut organiser des battues. Abattre cette bête maudite.
Tous deux partirent à grands pas vers le lieu du drame où une foule hostile, surexcitée, armée de fourches et de faux braillait « À mort ! L’assassin ! » autour d’un amas de chair sanglante.
— Laissez passer Messire de Montferaux, crièrent brusquement deux cavaliers qui précédaient un gentilhomme vêtu d’une cape de velours rouge et coiffé d'une perruque grise à rouleaux.
Celui-ci arrêta sa monture et en descendit lestement. Il se dirigea vers le petit cadavre.
— Diantre ! cria-t-il, c’est une véritable monstruosité.
Il considéra la dépouille d’un œil attristé.
« Qu’on l’enveloppe immédiatement dans une couverture, et qu’on l’emmène au château, ordonna-t-il en se signant.
L’abbé l’imita.
« Je crains, mon cher curé, que nous ayons affaire à l’œuvre du diable, avoua-t-il en refaisant le signe de croix.
Il remonta à cheval, et suivi de son escorte il partit au galop.
Ces faits épouvantables se passaient en l’an 1765, au milieu de la chaîne montagneuse des Cévennes.

Deux cent cinquante ans plus tard.
— Abattez-moi ce chien, hurlait Hugh Lamark, en zigzaguant entre les arbres de la forêt.
— J’ai déjà utilisé deux chargeurs de six balles, m’écriai-je en visant de nouveau l’énorme animal qui était à nos trousses. Je stoppai ma course, m’appliquai à viser ma cible lorsque, subitement, la bête disparut comme par enchantement.
— L’avez-vous tué, me demanda mon camarade qui s’était réfugié derrière le tronc d’un gros chêne.
— C’est inouï, il s’est volatilisé, dis-je en me grattant le front.
Mon ami quitta sa cachette et vint vers moi.


.......